Tags

Related Posts

Share This

Des métiers insolites…

“Mme Silva nous avait demandé de trouver des informations, concernant le métier que nous envisagions d’expérimenter en stage le mois prochain, dans le manuel “Des métiers- Des écoles”. Plusieurs d’entre nous ont rigolé en voyant certains noms de métiers. Oenologue, Ostéopathe, Ferblantier, Juriste, Ebéniste…. mais qu’est-ce qu’ils font? ils travaillent avec des oeufs? avec des os? ils blanchissent le fer? ils jurent? ils font “et ben…..” toute la journée?

Mme Silva nous a alors demandé de trouver chacun un nom de métier, dont on ignorait complètement de quoi il s’agissait. Et hop, nous voilà avec un exposé sur les bras à écrire sur notre métier mystère!

Ainsi:

“L’élève qui n’écrit pas son nom” nous informe que l’oenologue suit “tout le processus de la vinification, de la réception du raisin à la mise en bouteille. Ils sont à la fois analystes, chimistes, techniciens et experts dégustateurs.”

Camille nous décrit l’ostéopathie comme “une médecine manuelle. En gros, l’ostéopathe soulage les gens souffrant de troubles fonctionnels en les massant.”

Sanja explique entre autres que les ferblantiers “assurent la protection durable et esthétique des bâtiments contre les intempéries”.

Samia nous a appris que le juriste ” étudie et développe lois et règlements, veille à leur application et leur respect et qu’il est amené à rédiger des textes de loi et des règlements dans différents domaines.”

Fatma a découvert que les ébenistes “construisent et restaurent des meubles et réalisent des agencements de bureaux, de magasins ou de restaurants.”

Tatiana, elle, va vous présenter le métier de courtepointière:

 Lorsqu’on parle des métiers, beaucoup de choses nous viennent en tête comme par exemple enseignant, pompier, ou encore caissière. Pour nos choix professionnels, il est important de découvrir plein de domaines et plein de professions différentes. Mon exposé portera sur la profession de courtepointière qui est un métier peu connu.

Qu’est-ce qu’une courtepointière?

Tout d’abord, il faut savoir que les courtepointiers travaillent dans le domaine des textiles. Ils s’occupent de couper et coudre de grandes pièces de tissu avec lesquels ils confectionnent des objets d’intérieur comme des coussins, des nappes pour les tables ou encore des draps-housses etc. Ils calculent précisément les quantités de tissu qu’il faut utiliser pour confectionner ces objets.
Ils s’occupent aussi de recevoir les clients en magasin et de les conseiller pour de futures commandes d’objets qu’ils confectionneront. Si les clients le demandent, le courtepointier se rend chez eux et prend les mesures nécessaires, propose des couleurs et répond aux questions des clients. De plus, les courtepointiers s’occupent de finaliser les objets en rajoutant des détails.
Ils travaillent généralement par petites équipes dans des ateliers de décoration. Ils collaborent avec des décorateurs afin que leur travail soit précis et bien fait. Quand ils travaillent en magasin, c’est généralement dans des entreprises d’ameublement.

La formation

La formation de courtepointier s’acquiert par un apprentissage qui dure trois ans. Pour être admis en tant qu’apprenti, il faut avoir terminé la scolarité obligatoire. De plus certaines entreprises demande le passage d’un examen d’admission. A la fin de l’apprentissage, l’apprenti obtient un certificat fédéral de capacité (CFC) de courtepointier.
La semaine de travail de l’apprenti est séparée en deux parties; quatre jours par semaine l’apprenti travaille dans un atelier de décoration d’intérieur, c’est donc sa formation pratique et le dernier jour de la semaine est un jour de théorie dans une classe. Cette journée de cours se passe à Vevey  dans une classe intercantonale romande.
A la fin de cet apprentissage, la personne peut faire une maturité professionnelle. Les apprentis peuvent aussi viser les perfectionnements de brevet fédéral de conseiller en aménagement d’intérieur.

Intérêt et qualité

Etant donné que chaque métier requiert ses intérêts, pour être courtepointier, il faut être intéressé par la mode et les textiles, la création et l’art en général.
Les qualités requises sont, bien sûr, la facilité pour le dessin, le sens commercial, la créativité et l’imagination. Il faut aussi être précis et avoir une habileté manuelle assez conséquente.

Les professions voisines

Les métiers voisins sont les couturiers d’intérieur, les décorateurs d’intérieur, les artisans du cuir et du textile, etc.
Ils ont souvent besoin de collaborer et de travailler ensemble étant donné que leurs métiers sont proches.

Conclusion

En résumé, le métier de courtepointier est un métier de création et de textiles. Il faut être habile et précis et pour y arriver, il faut faire un apprentissage grâce auquel on obtient un certificat fédéral de capacité (CFC).